Les Pompes à chaleur en résumé, avantages et inconvénients

Résumé sur l’utilisation des PAC et leur intérêt

Les différentes PAC sont inégales. Les systèmes à air ne sont généralement pas intéressants. Les plus efficaces sont les systèmes sur capteurs verticaux et sur eau. Les systèmes à capteurs horizontaux sont performants s’ils sont bien mis en œuvre et complétés par un mode de diffusion de chaleur à basse température (plancher chauffant ou radiateurs basse température).
Bien qu’écologiquement plus propre, l’utilisation des PAC ne fait pas partie des énergies renouvelables car elles consomment – certes peu – de l’électricité qui aujourd’hui n’est pas produite avec des sources renouvelables.
L’intérêt financier et écologique des PAC n’est pas toujours évident comparé aux autres types de chauffage, à comparer avec d’autres recours aux énergies renouvelables (solaire, bois, …).

 

Remarques et mises en garde sur les systèmes de pompes à chaler :

 

  • La faisabilité et l’intérêt des systèmes géothermiques sont liés à la nature géologique du sol, qui ne doit pas exemple ni être trop rocheux ni trop argileux.

  • Le coefficient de performance réel diffère de celui annoncé par les constructeurs et dépend de nombreux facteurs susceptibles de diminuer la performance (système de chauffage à basse ou haute température, climat). Dans certains cas, son installation ne présente aucun intérêt.

  • En général l’option « eau sanitaire » d’une PAC n’est pas à ce jour un investissement rentable comparé au chauffe-eau solaire.

  • Il est préférable d’installer un compteur d’électricité pour mesurer la consommation de la PAC.

  • Les fluides frigorigènes employés sont des gaz à effet de serre.

  • Sous peine d’avoir un chauffage insuffisant et gourmand en énergie lors de grands froids, il faut enterrer les capteurs hors-gel, c’est à dire à environ 1 mètre de profondeur dans certaines régions.

  • Les PAC sur air sont peu efficaces et gourmandes en énergie lorsqu’il fait trop froid

  • Le compresseur d’une PAC nécessite vérification voir entretien pour prolonger sa durée de vie. Au mieux 15 à 20 ans.

  • Penser à le reconversion future du système de chauffage : par exemple un plancher chauffant où circule de l’eau peut être raccordé aussi à une chaudière, pas un plancher où circule un fluide frigorigène

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *